CPN

Accueil > NEWSLETTER > Juin 2017 > Une initiative peu courante pour un hôpital : la création d’un département de (...)

Une initiative peu courante pour un hôpital : la création d’un département de promotion de la santé mentale

Depuis plusieurs années, le Centre Psychothérapique de Nancy a inscrit dans son projet médico-soignant, la promotion de la santé mentale et la prévention et a concrétisé cette orientation par la création en juin 2015 d’un département de promotion de la santé mentale, élargissant ainsi à tout l’établissement une initiative développée initialement sur un seul territoire.

Ce département de promotion de la santé mentale est donc porteur de cette politique. Il a notamment pour objectif de mettre en valeur les actions déjà menées et de développer ou renforcer une culture de promotion de la santé mentale auprès de l’ensemble des professionnels de l’hôpital et sur le territoire.

Ce département a pour référence bien logiquement la Charte d’Ottawa qui préconise pour intervenir en promotion de la santé :
- l’élaboration d’une politique de santé saine
- la création de milieux favorables
- le renforcement de l’action communautaire
- l’acquisition d’aptitudes individuelles
- la réorientation des services de santé

Un comité de pilotage

Il s’appuie dans son fonctionnement sur un comité de pilotage.

Sa composition traduit le fait que, s’engager dans une démarche de promotion de la santé mentale, sous-entend obligatoirement de s’engager dans une dynamique de psychiatrie intégrée dans la communauté, prenant en compte le fait qu’une bonne santé mentale relève de déterminants multiples : les revenus, le logement, les relations sociales et familiales, le travail, les loisirs…. Cette démarche de promotion de la santé mentale ne concerne donc pas seulement les professionnels de la psychiatrie, mais doit être portée par un partenariat multiple qui devait se retrouver dans la constitution de ce comité de pilotage.

Ainsi, le comité de pilotage réunit certes des professionnels de la psychiatrie, représentants de tous les services de soins et différentes catégories professionnelles (psychiatres, psychologues, cadres de santé, travailleurs sociaux et infirmiers) mais s’est enrichi par la participation de représentants de l’UNAFAM, d’Espoir 54, des missions locales, du Conseil Départemental, de l’Education Nationale, d’un représentant des médecins généralistes et des médecins psychiatres et de l’Agence Régionale de Santé.

Il s’appuie dans son organisation sur un responsable médical et sur le Directeur des Soins de l’établissement. Son fonctionnement est facilité par un coordonnateur.

Le comité de pilotage se réunit tous les mois et a pour mission notamment :

Au niveau de l’établissement de :

-  réfléchir à la politique de prévention et promotion de la santé mentale de l’établissement et en fixer les objectifs de façon transversale
-  définir les axes de travail et les actions possibles
-  organiser l’élaboration, la mise en place et le suivi de ces actions communes
-  faciliter l’information et la communication en intra et en extra hospitalier
-  faciliter les échanges entre chaque pôle de psychiatrie.

Au niveau de chaque pôle :

-  être conseil et facilitateur des choix et actions de prévention et promotion de la santé mentale, de leur mise en œuvre et de leur évaluation
-  proposer un appui méthodologique.

Dans le concret :

Dans un premier temps, il a été choisi de mettre en œuvre et de proposer à l’ensemble des membres du comité de pilotage une formation qui dans son contenu devait permettre d’acquérir une base de connaissances et une méthodologie de travail communes pour travailler ensemble.
De quoi parle-t-on quand on parle de santé mentale ? Quels en sont les déterminants ? Qu’est-ce que le concept de promotion de la santé mentale ? Quelles en sont les stratégies ? Quelles sont les étapes de planification en méthodologie de projet en promotion de la santé ?
Cinq jours de formation ont donc été organisés, formation qui au-delà des connaissances apportées, a également permis de fédérer le groupe et de créer une dynamique.

En parallèle à cette formation, une cartographie des partenariats mis en œuvre au sein du CPN a été réalisée, sorte d’état des lieux de départ. Cette cartographie a permis à chaque service d’objectiver le réseau déjà développé, les actions construites, leurs objectifs et le positionnement de chacun. Ce sont ainsi plus de 250 actions différentes qui ont été répertoriées et analysées illustrant la diversité des liens déjà construits.

Des groupes de travail se constituent et œuvrent en fonction des choix et des orientations donnés par le comité de pilotage :

- pour la rédaction d’une charte de fonctionnement ayant pour objet de marquer l’engagement et la participation de ses signataires à la démarche de promotion de santé mentale
- pour la mise en œuvre d’une formation à destination de l’ensemble des professionnels de l’établissement souhaitant ainsi développer dans chaque service des groupes de personnes ressources et diffuser une culture de promotion de la santé mentale.
- pour un travail de collaboration avec les médias permettant de construire une connaissance réciproque, favorisant ainsi la diffusion d’une information non stigmatisante et participant à une diffusion de connaissances en direction du grand public facilitant ainsi l’accès aux soins quand nécessaire.
- pour l’organisation des Semaines d’Information sur la Santé Mentale, organisation s’appuyant sur le fonctionnement de groupes de travail locaux et harmonisant l’ensemble des actions sur l’ensemble du territoire de la Meurthe-et-Moselle sud,
- pour l’étude des besoins des partenaires, cette démarche s’initiant par une enquête en direction des médecins généralistes en intégrant la recherche action menée par le Centre Collaborateur de l’OMS ayant pour thème : « Place de la santé mentale en médecine générale ». Cette démarche de recueil des besoins se poursuivra dans les temps à venir en direction des psychiatres, pédiatres, travailleurs sociaux, élus, familles et usagers.
- pour la mise en place de temps d’information et d’événements tel le prochain colloque ayant pour thème « santé mentale – développement territorial – partenariat et CLSM » qui a pour objectif de fédérer autour des projets de mise en œuvre de conseils locaux en santé mentale, et au-delà, autour de la nécessaire implication de tous les acteurs d’un territoire pour l’élaboration d’une politique de santé mentale sur un territoire.

D’autres champs sont encore à explorer.

Ce département de promotion de la santé mentale n’en est qu’à ses balbutiements. C’est une dynamique à mettre en œuvre, à conforter. C’est un travail sur le long terme qui s’est enclenché et devra se poursuivre dans les années qui viennent, s’appuyant sur une réelle volonté institutionnelle de renforcer cette approche de promotion de la santé mentale dans la culture soignante.